Des fraudeurs au « Kiwigate » sont dans le collimateur des fonctionnaires français

Des enquêteurs français disent avoir découvert une arnaque de 6 millions d’euros sur le territoire. Moins chers, des kiwis italiens ont été présentés comme des fruits cultivés en France. En particulier, 15 000 tonnes de ce fruit ont été « mal étiquetées » en trois ans. Après des poursuites, sept fournisseurs risquent des peines de prison et 300 000 euros d’amende s’ils sont reconnus coupables.

Les soupçons ont été levés lorsque les producteurs français de kiwi ont remis en question la quantité de fruits sur le marché. Les enquêteurs ont découvert que 12 % des kiwis qualifiés « d’origines françaises » avaient été importés d’Italie. Alors que la France a une production annuelle de 45 000 tonnes, l’Italie produit 400 000 tonnes par an.

A découvrir également : Offrir le meilleur enterrement de vie de garçon à votre pote

Le kiwi français se vend à 0,70 € chacun tandis que les kiwis italiens sont proposés à 0,50 € l’unité. Les fraudeurs auraient réalisé 0,20 € sur chaque fruit vendu, totalisant un bénéfice estimé à 6 millions d’euros.

Le marché français du kiwi est en péril

Avant d’être polémique, c’est un journal quotidien qui a qualifié ce scandale de « kiwigate ». Dans leur article, la différence de prix du fruit entre les deux pays était expliquée. En plus court, l’écart résultait de la baisse des coûts de main-d’œuvre et de production en Italie. Le journal a également affirmé que les fruits d’Italie étaient traités avec des produits qui sont normalement interdits en France. C’est la raison pour laquelle les producteurs italiens connaissent un meilleur rendement que les Français.

A découvrir également : Comment éviter d'acheter une voiture endommagée par les inondations ?

Le kiwi figure parmi les 10 fruits les plus populaires en France. Avec une consommation moyenne de 2,8 kg par an et par personne, la France compte 1 200 producteurs de kiwis. Entre autres, l’essentiel de la production se fait en Midi-Pyrénées et en région Aquitaine.

Les producteurs avancent qu’à la fin de la saison du kiwi, vers mars et avril, le marché avait changé de comportement. Alors qu’il y a moins de kiwi français disponible, le marché est inondé de kiwis italiens. Ensuite, les prix baissent artificiellement. Et alors qu’il était censé être hors saison, du kiwi de France devient disponible tout à coup. C’est ce qui a d’ailleurs alerté les autorités.

Questionnée  à ce sujet, Adeline Gachein, la directrice du bureau national des producteurs de kiwis a rapporté « qu’un tel volume en fin de saison n’était pas possible ».

vous pourriez aussi aimer