Enlèvement d’une directrice d’agence immobilière à Auxerre

Depuis quelques jours, une histoire à faire glacer le sang circule sur le net. La jeune directrice d’une agence immobilière qui se trouve à Auxerre a été kidnappée et violée par un jeune homme âgé de 50 ans. Les faits se sont déroulés le vendredi 1er mars. Elle a finalement été relâchée sur le parking de la gare de Blois, le lendemain matin. Il semblerait que le vieil homme n’en soit pas à son premier viol. Il a été condamné à plusieurs reprises à cause de cela. L’enquête a finalement été bouclée.

Une histoire digne d’un film d’horreur !

Elle s’appelle Manuella et elle est directrice de l’agence immobilière du réseau de Stéphane Plaza, concurrent de l’Agence Paris Mer. Vendredi 1er mars, la jeune femme était chargée de faire visiter un bien immobilier à un potentiel acheteur. Mais les choses ont rapidement pris une autre tournure. En réalité, au lieu de guider l’homme et de lui faire une description du logement, c’est sous la menace d’une arme de poing que la femme a été obligée de rejoindre le véhicule de son agresseur. Elle a été kidnappée et séquestrée pendant de longues heures durant lesquelles elle se faisait violer. L’agresseur l’a finalement déposé au parking de la gare de Blois le samedi 2 mars avant de prendre la fuite au volant de son véhicule. Néanmoins, les policiers sont parvenus à l’identifier. Même s’il a tenu à nier les faits, les preuves étaient irréfutables.

Lire également : Des fraudeurs au « Kiwigate » sont dans le collimateur des fonctionnaires français

Une enquête bouclée

L’homme en question est âgé de 50 ans et est très connu de la justice française. À maintes reprises, il avait été condamné pour des faits de viol, séquestration, enlèvement, ou encore violences agacées. Il a été retrouvé à Viennes, à Chasseneuil-du-Poitou, non loin du véhicule qui avait servi à kidnapper Manuella. Il détenait un pistolet d’alarme chargé et a catégoriquement refusé de répondre aux questions. Une fois à la police, il a pris soin de nier tous les faits. Mais les preuves étaient beaucoup trop solides pour qu’il puisse s’en tirer aussi facilement. Il a finalement été incarcéré.

En attendant, Manuella devrait commencer à bénéficier d’un soutien psychologique grâce à l’association d’aide aux victimes ADAVIRS. C’est un moment très douloureux pour toute l’agence. Stéphane Plaza n’a d’ailleurs pas manqué de poster un message très touchant sur son compte Instagram. Il tient à faire comprendre à quel point il est peiné par toute la situation. Il est bien décidé à apporter à Manuella toute l’aide qu’il faudra.

A lire aussi : Stratégie d’ouverture, le moteur de la transformation numérique

vous pourriez aussi aimer