Quel est le meilleur système de garde ?

Même si elle est souvent discutée, la garde exclusive reste un phénomène rare en Allemagne, car le législateur prévoit essentiellement la garde conjointe. L’objectif est de veiller à ce que l’enfant ait deux personnes qui s’occupent de personnes qui peuvent prendre des décisions communes en faveur de l’enfant. Les couples mariés ont toujours la garde conjointe d’un enfant né dans le mariage .

S’ il n’y a pas de mariage entre les parents au moment de la naissance, en principe, tout d’abord la mère a la garde exclusive . Dans le passé, il était relativement laborieux pour le père d’obtenir la garde conjointe de l’enfant dans cette constellation. Entre-temps, cependant, la jurisprudence a facilité l’acquisition de la garde conjointe du père.

A découvrir également : De quelle couleur les papiers devraient-ils être marqués ?

Par conséquent, peu de place est laissée à la garde exclusive. En pratique, il existe deux variantes principales, qui sont la seule Garde de conduite : soit l’un des gardiens décède (qui transfère automatiquement la garde exclusive aux survivants) ou l’un des gardiens est privé de sa garde par le tribunal de la famille. Le dernier cas fait l’objet d’un large débat dans la pratique et conduit régulièrement à des différends féroces entre les parties concernées. Voici un aperçu des règles et procédures relatives à la garde exclusive :

  1. Le bien-être de l’enfant
  2. Demander la garde exclusive
  3. Le tribunal de la famille décide
  4. Critères de transfert de la garde exclusive
  5. 10 raisons de demander la garde exclusive
  6. Pouvez-vous vous défendre contre la privation de garde ?
  7. Vidéo

1. Bien-être de l’enfance

Le bien-être de l’enfant est au cœur de toute décision en matière de garde. Le tribunal de la famille n’agit que si l’enfant est en danger pour sa santé physique, mentale ou santé ou en raison du danger pour sa fortune. Par conséquent, l’hypothèse selon laquelle un gardien est une « mauvaise affaire » pour l’enfant sans preuve de la menace pour le bien-être de l’enfant n’est pas suffisante pour la garde. Il peut être nécessaire de répondre à ce fait dans le cadre d’une procédure distincte sur les droits d’accès.

A voir aussi : Comment puis-je prendre 3 ans de congé de maternité ?

Même en cas de divorce, il n’y a aucune raison de répartir régulièrement la garde. Il est toujours conseillé de ne pas régler le conflit sur la cessation du mariage avec les enfants, mais de trouver un règlement qui permette une coexistence pratique et orientée vers l’enfant.

Dans ce contexte, il peut être utile de conclure un accord contractuel sur l’exercice quotidien de la garde à vue («  accord de garde

 »). 2. Demander la garde exclusive

La garde exclusive doit être confiée au tribunal de la famille compétent. La demande informelle peut être relativement rare si l’autre bénéficiaire y consent. Si l’autre refuse, une justification détaillée et, le cas échéant, l’annexion des éléments de preuve et des pièces justificatives sont nécessaires. Le bureau de protection de la jeunesse donne souvent des conseils sur la demande et, si nécessaire, confirme les commentaires du demandeur devant le tribunal. L’exposé des motifs explique en détail pourquoi l’autre parent n’est pas un gardien approprié et doit donc être privé de la garde. La demande peut être faite soit par l’un des parents, soit par le bureau de protection de la jeunesse.

3. Le tribunal de la famille décide

Si la demande est fondée, le tribunal de la famille s’écarte du principe du droit de la famille de la garde commune et décide en faveur de l’un des parents. Le tribunal de première instance examine toutes les questions relatives au bien-être de l’enfant liées à la demande. Ceux-ci comprennent l’hébergement, entre autres, la situation financière et l’environnement dans lequel il grandit.

Toutefois, conformément à l’article 1666 du Code civil allemand (BGB), la privation de garde est la dernière mesure prise par le tribunal de la famille si l’intérêt supérieur de l’enfant est mis en danger. Avant cela, il est nécessaire d’examiner si des moyens plus indulgents pour assurer le bien-être de l’enfant, tels que le transfert du droit de résidence à l’un des parents tout en conservant la garde commune. Ce n’est qu’en dernier moyen concevable que le tribunal privera complètement l’un des parents de la responsabilité parentale. Ce faisant, elle découragera toujours le parent qui met particulièrement en danger l’intérêt supérieur de la garde de l’enfant.

Afin de veiller à ce que l’enfant soit également entendu dans cette procédure, le tribunal demande à l’Office de la jeunesse de donner un avis. Le bureau de protection de la jeunesse représente les intérêts de l’enfant et veille à ce que le bien-être de l’enfant soit toujours au centre du procès. En tout état de cause, il est conseillé aux parents de travailler avec les agents du bureau de protection de la jeunesse. coopérer.

4. Critères de transfert de la garde exclusive

La question de savoir si le transfert de la garde exclusive à l’un des parents est proportionné par les juges sur la base des critères suivants : continuité, promotion et engagement social .

Lacontinuité est conçue pour assurer à l’enfant une éducation uniforme et stable, ce qui conduit finalement à un développement équilibré de l’enfant. Ceci est mesuré par la sécurité, la prévisibilité et la durée des relations interpersonnelles de l’enfant. En conséquence, entre autres choses, les questions avec lesquelles l’enfant entretient une relation particulièrement forte. En cas de divorce, il est également important pour qui l’enfant a passé la période de séparation.

D’ autre part, la Cour évalue à partir de quel parent l’enfant a la meilleure base matérielle pour le développement (par exemple, par niveau d’éducation et de formation). ressources financières).

En outre, dans l’aspect des liens sociaux , on prend soin de ne pas séparer l’enfant de son environnement social, des frères et sœurs et autres parents, du cercle d’amis et de l’école.

Dans le cadre de la procédure de garde judiciaire, selon l’âge de l’enfant, l’enfant lui-même peut également être interrogé par le juge de la famille au sujet de sa situation et de ses préférences en matière de garde. Aux termes de l’article 159 de la FMG, l’audition de l’enfant est même obligatoire s’il a atteint l’âge de 14 ans. La question de savoir si des enfants plus jeunes sont également interrogés dépend du cas individuel (y compris la maturité mentale de l’enfant).

Toutefois, les juges ne sont pas liés à la volonté de l’enfant. À cet égard, la rumeur têtue est également erronée qu’un enfant de 14 ans peut décider pour lui-même qui a la garde. L’âge de la majorité exigé par une telle décision, n’entre pas avant l’âge de 18 ans.

5. 10 raisons de demander la garde exclusive

Néanmoins, la décision relative à la garde exclusive demeure une affaire individuelle. Les juges décideront toujours de la situation spécifique et des prestations individuelles pour l’enfant. De cette façon, la privation de garde dépend de l’ insuffisance subjective des gardiens . Les cas suivants peuvent donc être utilisés à des fins de comparaison, mais toujours pour eux-mêmes :

Erreurs parentales : La garde peut être retirée en cas de graves erreurs parentales. Par le passé, il s’agissait, par exemple, d’attaques furieuses constantes ou d’éducation anti-étatique (par des néonazis, des anarchistes ou des communautés religieuses radicales). Même des exigences trop élevées ou trop faibles pour l’engagement scolaire peuvent causer une erreur éducative affichage.

Mis en danger pour les enfants : Les soins parentaux comprennent également les soins de propriété. Ceux qui, par exemple, détourne l’épargne d’un enfant mettent en danger les intérêts financiers de l’enfant.

Violence : Si un enfant est maltraité, le service à la jeunesse intervient habituellement rapidement. Cela va dans la mesure où les mauvais traitements infligés à des frères et sœurs plus âgés peuvent également justifier la garde de la garde, à moins qu’il ne puisse être exclu que l’enfant en question soit également maltraité (OLG Oldenburg NJWE-FER 98, 67).

Abus de garde : Si le poste d’éducation est abusé pour conduite illégale, les juges peuvent également intervenir. Cela comprend, par exemple, l’arrêt de la fréquentation scolaire (BayolGZ 83, 231) et l’invitation de l’enfant à se livrer à des infractions pénales (« envoyer des griffes »).

Risque pour la santé : il y a un devoir envers les soins de santé. Qui donne à l’enfant un refuse les soins médicaux nécessaires, n’agit pas au nom de l’enfant. Cela inclut les parents qui sont Témoins de Jéhovah et refusent d’accepter une transfusion sanguine nécessaire en cas de naissance prématurée (OLG Celle, arrêt du 21 février 1994, Az : 17 W 8/94).

Négligence : En raison d’un manque de soins, d’un manque de nutrition et de vêtements, un enfant peut être négligé ainsi que par manque de supervision. Si l’enfant est constamment seul parce que les parents ne s’en soucient pas, il est également examiné dans quelle mesure leurs droits de garde sont toujours appropriés.

Comportement innocent des parents : même un comportement innocent peut conduire à une déduction de garde au profit de l’enfant. Les exemples comprennent une maladie de dépendance nocive de la mère (même en dépit de la thérapie), qui ne devrait pas devenir « propre » à l’avenir (LG Berlin ZfJ 80, 188), la toxicomanie en général (Tribunal régional supérieur Frankfurt FamRZ 83, 530), mais aussi des maladies dangereuses pour l’enfant, telles que des psychoses paranoïaques partiellement survenant (Karlsruher JamT 01, 192).

Environnement dangereux par des tiers : selon la volonté de la jurisprudence, les enfants ne doivent pas grandir dans des environnements potentiellement dangereux. Il s’agit notamment de la scène de la drogue et de la prostitution et des groupes dangereux. Ces derniers peuvent se référer, par exemple, à des extrémistes politiques ou religieux, bien que l’appartenance aux Témoins de Jéhovah ne justifie pas en soi la privation de garde à vue (AG Meschede FamRz 97, 958).

Scolarité obligatoire : Le refus persistant d’envoyer un enfant mineur à l’école est également un motif de garde.

Approche favorable : Les parents ont le devoir de promouvoir un traitement ordonné de l’enfant. À Munich, une mère s’est opposée avec persistance à rendre l’enfant accessible à son père, ce qui finit par a donné la garde exclusive du père.

Soit dit en passant, peu importe que les parents aient négligé de façon coupable leurs obligations éducatives . Même s’il y a une incapacité pure dans la pièce, parce que les parents sont submergés par l’éducation malgré les bonnes intentions (mentales, temporelles, financières, etc.), il peut y avoir une menace de garde.

6. Peut-on résister au retrait de la garde à vue ?

Bien sûr, vous avez le droit d’être entendu dans la procédure. Surtout, une bonne préparation est nécessaire. Vous devez convaincre le tribunal que vous exercez scrupuleusement vos fonctions en tant que parent gardien. C’est pourquoi nous vous conseillons fortement de consulter un avocat.

7. Vidéo

vous pourriez aussi aimer